Accueil du site > 3 - Le village > 3 - Historique > Histoire de Westhouse par Germain Vetter

Histoire de Westhouse par Germain Vetter

Westhouse près Benfeld

Que l’automobiliste sur la RN 83 entre Matzenheim et Sand jette un regard sur les sommets des Vosges, ses yeux seront attirés par la flèche d’une église s’élançant avec majesté vers le firmament... Si sa curiosité le pousse plus loin, il fera la découverte de l’un de ces villages bien caractéristiques de la plaine d’Alsace... Entourée de belles maisons à colombages, d’une mairie et de deux écoles baignant dans un décor floral multicolore, se dresse une vraie cathédrale, un édifice gigantesque, de style néo-gothique érigé en 1895.Et ainsi, le visiteur fera connaissance avec une de ces localités fleurons du bassin de la Scheer : WESTHOUSE près BENFELD.
Notre village est situé à l’intersection des C.D. 206 et 213, sur les riches terrasses de lœss, terres agricoles très fertiles et bordées, vers l’ouest, par un paysage formé de prés humides parsemés de lignes d’arbres et des forêts du Bruch de l’Andlau.

Westhouse existe déjà aux premiers siècles de notre ère et dépend, comme bien d’autres hameaux qui se constituent peu à peu autour de la garnison des légions romaines, de HELVETUS (Ehl), cité très importante et centre administratif qui gère toute la région. D’après une tradition populaire, l’eau de la source du Holzbad aurait, jadis, été conduite par des tuyaux souterrains vers Ehl via Matzenheim pour alimenter un bain qu’on prétend y avoir existé à l’époque romaine. Au 19e siècle, on trouva, près du Holzbad, des tuiles et des tessons aux inscriptions romaines.

Westhouse est mentionné pour la première fois sur un document officiel en 976 sous le nom de " Westhüs ".
Ce nom aurait son origine, comme également Nordhouse, Osthouse et Sundhouse, de par sa situation par rapport à une " villa regia " mérovingienne près d’Erstein.

En 1139, le couvent Gergenbach y possède des propriétés immobilières, ainsi que l’abbaye de Hugshoffen en 1162. La maison des Habsbourg est propriétaire des lieux qui, en 1278, sont légués en fief aux chevaliers de Graiffenstein (château près de Saverne).
Au 13e siècle, les barons de Westhausen sont les seigneurs d’une partie du village investis du pouvoir tandis que le reste appartient aux nobles von Rathsamhausen zum Stein. Le Baron de Westhausen occupe un château érigé le long de la Scheer. Cette lignée s’éteint au 16e siècle.

Le village et le château deviennent propriété des barons von Rathsamhausen en 1466. Les von Rathsamhausen sont une des plus anciennes lignées nobles d’Alsace, tenant son nom d’un village qu’ils avaient fondé près de Sélestat. Elle s’éteint avec la mort de Georg Gottfried von Rathsamhausen en 1690, celui-ci n’ayant aucun descendant mâle. L’une de ses filles épouse Herr von Bernhold, l’autre le marquis de la Pailleterie.
En 1648, le traité de Westphalie qui met fin à la Guerre de Trente ans, transfère les droits des Habsbourg au roi de France. Westhouse, comme bien d’autres localités, eut à souffrir de cette guerre et le château fut en partie détruit.
Les héritiers de Rathsamhausen, les marquis de la Pailleterie, érigent un nouveau château entre 1702 et 1706, et ce bâtiment subsiste encore de nos jours. Ce fut en 1776 que le Generalmajor von Wurmser, cousin des von Bernhold, reçoit la seigneurie. Mais en 1792, lorsque le vent de la Révolution balayera la plaine d’Alsace, il fuira outre Rhin et combattra les patriotes français dans les rangs de l’armée autrichienne. Le château devient propriété de la commune. L’ancien propriétaire est indemnisé par la loi dite " du milliard des émigrés " en 1820.
La commune revend le château en 1826 à M. Dangelo de Strasbourg qui l’occupe avec sa suite et est nommé maire en 1837. Plus tard, la propriété est acquise par un certain Edouard Botha, également de Strasbourg, qui le revend en 1870 à Barthelmé Xavier. En 1905, la propriété est vendue par adjudication à la mairie à Gaijan Edouard qui la revend en 1919 à M. Meyer Charles dont les héritiers sont toujours propriétaires.

Le nombre d’habitants varie selon les époques. Au 17e siècle, le village ne comptait pas 500 âmes. En revanche, en 1885, on recensait 1211 personnes, dont 171 juifs. Ces derniers possédaient une synagogue ainsi qu’une école (à l’emplacement de l’actuelle école maternelle). En 1926, Westhouse comptait encore 1021 habitants, pour retomber en 1972 à 941. L’aménagement de lotissements successifs fait grimper ce nombre à 1359 en 1999.

Depuis toujours, le village, par sa situation dans une région au sol fertile, a une vocation agricole. Mais après la deuxième guerre mondiale, les exploitations diminuent d’année en année. En 1962, on comptait encore 120 exploitations agricoles et actuellement il n’est reste plus que dix qui vivent uniquement du travail de la terre (tabac, maïs, betteraves sucrières, choux, céréales, élevage).

A un peu plus d’un kilomètre à l’ouest de la localité, se trouve la ferme du Holzbad, une exploitation agricole bien entretenue qui appartient à la famille Dérivaux, venue en 1713 du Jura à Westhouse. Le Holzbad connu de près et de loin, attire, surtout pendant la belle saison, de nombreux touristes et visiteurs. Sur une enclave de cette propriété se dresse une chapelle érigée au 12e siècle comme église paroissiale du village disparu de " Holzheim " et consacrée à St Uldaric (Ulrich). En ruines suite aux déprédations de la dernière guerre, elle fut restaurée à partir de 1975 par une équipe de bénévoles de Strasbourg, soutenue par les habitants de Westhouse.